Comment vous défendre contre un redressement URSSAF pour travail dissimulé ?

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Qu’est-ce que le travail dissimulé par dissimulation d’emploi salarié ?

En vertu de l’article L. 8221-5 du code du travail, « est réputé travail dissimulé par dissimulation d’emploi salarié le fait pour tout employeur :

1° soit de se soustraire intentionnellement à l’accomplissement de la formalité prévue à l’article L. 1221-10, relatif à la déclaration préalable à l’embauche ;

2° soit de se soustraire intentionnellement à l’accomplissement de la formalité prévue à l’article L. 3243-2, relatif à la délivrance d’un bulletin de paie, ou de mentionner sur ce dernier un nombre d’heures de travail inférieur à celui réellement accompli, si cette mention ne résulte pas d’une convention ou d’un accord collectif d’aménagement du temps de travail conclu en application du titre II du livre Ier de la troisième partie ;

3° soit de se soustraire intentionnellement aux déclarations relatives aux salaires ou aux cotisations sociales assises sur ceux-ci auprès des organismes de recouvrement des contributions et cotisations sociales ou de l’administration fiscale en vertu des dispositions légales. »

Ainsi, la dissimulation d’emploi salarié n’est caractérisée que s’il est établi que l’employeur a agi de manière intentionnelle, peu important que les salariés aient accepté ou non un changement de statut et qu’aucune poursuite pénale n’ait été engagée[1].

 

 

Répondez aux lettres d’observations de l’URSSAF

L’URSSAF vous a adressé une lettre d’observations pour vous signifier un rappel de cotisations et majoration de redressement complémentaire pour infraction de travail dissimulé et les majorations de retard.

En l’absence d’observations dans le délai de 30 jours suivant la notification, une mise en demeure vous sera envoyée par l’URSSAF.

A lire également :

Une imprécision sur la lettre d’observations de l’URSSAF peut vous faire échapper à la solidarité financière pour travail dissimulé

Montant différent entre la lettre d’observations et la mise en demeure = annulation du redressement URSSAF

Le donneur d’ordre peut échapper à la solidarité financière du travail dissimulé de son sous-traitant lorsque la lettre d’observation URSSAF est imprécise

 

Contestez votre mise en demeure par l’URSSAF auprès de la Commission de Recours Amiable (la CRA)

A lire également :

Attention à (très bien) saisir la Commission de Recours Amiable contre (toutes) les mises en demeure de l’URSSAF

Pourquoi faut-il IMPERATIVEMENT contester les mises en demeure de l’URSSAF, de la CIPAV ou de la CGSS devant la Commission de Recours Amiable ?

Motivez (bien) votre saisine de la Commission de Recours Amiable !

Que faire à réception ou en l’absence de réception d’une décision de la Commission de Recours Amiable (CRA) ?

Attention au contenu de votre lettre de saisine de la commission de recours amiable !

 

Saisissez le Pôle Social du Tribunal Judiciaire

La commission de recours amiable a rejeté ou n’a pas répondu à votre recours contre la mise en demeure de l’URSSAF, vous pouvez saisir le pôle social du tribunal judiciaire.

 

Rapportez la preuve du caractère infondé de la créance dont le recouvrement est poursuivi par l’URSSAF

 « il résulte des dispositions de l’article 1315 du Code Civil qu’il incombe à l’opposant à une contrainte ou à une mise en demeure de rapporter la preuve du caractère infondé de la créance dont le recouvrement est poursuivi par l’organisme social. »[2]

A lire également :

Comment contester un redressement URSSAF pour travail dissimulé en invoquant une entraide amicale ?

Travail dissimulé : peut-on se défendre en invoquant une entraide amicale ou un bénévolat ?

Contrôle URSSAF : travail dissimulé ou entraide familiale ?

 

Contestez le bien-fondé du redressement forfaitaire pour travail dissimulé par dissimulation d’emploi salarié

Dans le cadre d’un redressement forfaitaire pour travail dissimulé par dissimulation d’emploi salarié, il est fait application de l’évaluation forfaitaire de la rémunération servant de base au calcul du redressement (rémunérations évaluées à 6 fois la rémunération mensuelle minimale en vigueur au moment du constat de travail dissimulé), sauf à l’employeur à apporter des éléments permettant le chiffrage réel des cotisations à recouvrer en établissant, d’une part, la durée réelle d’emploi du travailleur dissimulé et, d’autre part, le montant exact de la rémunération versée pendant la période concernée.

 

L’URSSAF doit justifier du consentement des personnes entendues

A lire également :

Contrôle URSSAF du travail dissimulé : l’URSSAF doit justifier du consentement des personnes entendues

Audition par l’URSSAF pour travail dissimulé : comment vous défendre ?

Les auditions sans consentement entraînent l’annulation des redressements URSSAF pour travail dissimulé

Travail dissimulé : des redressements Urssaf Ile-de-France annulés en raison d’auditions irrégulières

Contrôle URSSAF du travail dissimulé : pour auditionner les témoins, l’URSSAF doit recueillir leur consentement

Contrôle URSSAF du travail dissimulé : pour auditionner les témoins, l’URSSAF doit recueillir leur consentement

Contrôle du travail illégal : l’URSSAF doit prouver le consentement des personnes à leur audition

Contrôle URSSAF du travail illégal : nullité des redressements sans le consentement des personnes auditionnées

 

L’URSSAF doit rapporter la preuve d’un lien de subordination juridique

Le lien de subordination est caractérisé par l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné, le travail au sein d’un service organisé pouvant constituer un indice du lien de subordination lorsque l’employeur détermine unilatéralement les conditions d’exécution du travail[3].

Selon l’article L. 311-11, alinéa 1, du code de sécurité sociale, les personnes physiques mentionnées à l’article L. 8221-6, I, du code du travail, dans sa rédaction applicable à la date d’exigibilité des cotisations litigieuses, ne relèvent du régime général de la sécurité sociale que s’il est établi que leur activité les place dans un lien de subordination juridique permanente à l’égard d’un donneur d’ordre.

Dès lors, il appartient à l’organisme du recouvrement qui entend procéder à la réintégration des sommes versées par un donneur d’ordre à une personne physique bénéficiant de la présomption de non salariat, de rapporter la preuve de ce lien de subordination juridique[4].

L’existence d’une relation de travail salariée ne dépend ni de la volonté exprimée par les parties ni de la dénomination qu’elles ont donnée à leur convention, mais des conditions de fait dans lesquelles est exercée l’activité professionnelle.

Si le lien de subordination est l’élément décisif et s’il appartient au juge de le détecter à la lumière des pouvoirs de direction, de contrôle et de sanction mis en œuvre par l’employeur, la seule intégration à un service organisé est impropre à caractériser l’existence d’un lien de subordination s’il n’apparaît pas que l’auto-entrepreneur est soumis, par ailleurs, au pouvoir de direction, de contrôle et de sanction de l’employeur prétendu.

« le simple contrôle usuel de l’exécution de la prestation effectuée par le sous-traitant ne suffit pas à caractériser le lien de subordination. »[5]

 

Pouvez-vous invoquer l’entraide amicale ou un bénévolat ?

A lire également :

Travail dissimulé : peut-on se défendre en invoquant une entraide amicale ou un bénévolat ?

Contrôle URSSAF : travail dissimulé ou entraide familiale ?

 

[1] Cour d’appel de Dijon – Chambre sociale 11 août 2022 / n° 19/00883

[2] Cour d’appel d’Amiens 4 juillet 2022 / n° 21/00156

URSSAF du Nord Pas-de-Calais

[3] Cass. 2e Civ., 17 février 2022, pourvoi n° 20-19.493

[4] Cass. 2e Civ., 24 juin 2021, pourvoi n° 20-13.944

[5] Cour d’appel de Rennes – 9ème Ch Sécurité Sociale 15 juin 2022 / n° 19/02304

Eric ROCHEBLAVE – Avocat Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale

 Eric ROCHEBLAVE
PORTRAIT D’UN SPECIALISTE
Parcours, succès judiciaires, avis clients, revue de presse…

Avocat Montpellier Eric ROCHEBLAVE

Avocat Spécialiste en Droit du Travail
et Droit de la Sécurité Sociale
Barreau de Montpellier
https://www.rocheblave.com/

Lauréat de l’Ordre des Avocats
du Barreau de Montpellier

Lauréat de la Faculté
de Droit de Montpellier

DESS Droit et Pratiques des Relations de Travail
DEA Droit Privé Fondamental
DU d’Études Judiciaires
DU de Sciences Criminelles
DU d’Informatique Juridique

Vos avis sur Maître Eric ROCHEBLAVE