Comment faire reconnaître le handicap de votre enfant et bénéficier de l’AEEH, la CMI, l’AJPP, de la PCH, d’un PPS… etc. ?

Dossier MDPH enfant handicapé
Recours contre la décision la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH)
Recours contre la décision du Président du Conseil Départemental (carte mobilité)
Comment déterminer le montant du complément d’AEEH ?
Dans quelle catégorie d’handicap, votre enfant doit-il être classé ?
Comment obtenir une prestation de compensation du handicap (PCH) ?
Comment obtenir une allocation journalière de présence parentale (AJPP) ?
Comment obtenir un projet personnalisé de scolarisation (PPS)
Etc.


Consultez Maître Eric ROCHEBLAVE par téléphone


Demandez à Maître Eric ROCHEBLAVE de vous défendre


Dossier MDPH – enfant handicapé

Vous devez déposer auprès de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) une demande d’attribution pour votre enfant :

  • de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)
  • du complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)
  • Prestation de compensation du handicap (PCH)
  • Allocation journalière de présence parentale (AJPP)
  • Carte mobilité inclusion (CMI)
  • Projet personnalisé de scolarisation (PPS)
  • etc.

ATTENTION

Pour le succès de votre demande à la MDPH, soyez très attentifs à la valeur probante de  vos certificats médicaux, documents et justificatifs joints à votre dossier mdph.
En effet, vos preuves s’apprécient au jour du dépôt de votre dossier.
Prenez conseils auprès de Maître Eric ROCHEBLAVE avocat spécialisé mdph

Recours contre la décision la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH)

La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) a

  • refusé de reconnaître le handicap de votre enfant

ou

  • reconnu à votre enfant un taux d’incapacité et lui a accordé des droits

Recours administratif préalable obligatoire (RAPO)

Si vous n’êtes pas d’accord avec la décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et que vous souhaitez que votre demande soit réexaminée, vous devez former un Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO)

Depuis le 1er Janvier 2019, le Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO) remplace le recours gracieux.

Le Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO) est un préalable obligatoire avant de pouvoir saisir le Pôle Social du Tribunal Judiciaire.

Recours judiciaire devant le Pôle social du Tribunal Judiciaire

En application des articles L. 142-4 et R. 142-1 du code de la sécurité sociale, les juridictions de sécurité sociale ne peuvent être saisies d’une réclamation contre une décision d’un organisme de sécurité sociale qu’après que celle-ci ait été soumise à la commission de recours amiable de cet organisme. Ainsi, les décisions de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées doivent faire l’objet d’un recours préalable obligatoire dans les deux mois de leur notification.

Si vous ne justifiez ni d’une décision rendue par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées qui aurait rejeté une demande d’allocation d’éducation de l’enfant handicapé, ni d’un recours préalable devant cette commission, votre recours devant le Pôle social du Tribunal Judiciaire serait jugé irrecevable[1].

Si vous contestez la décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH), vous devez saisir le pôle social du tribunal judiciaire de votre contestation.

En effet, aux termes de l’article L. 142-8 du code de la sécurité sociale :

« Le juge judiciaire connaît des contestations relatives :
1° Au contentieux de la sécurité sociale défini à l’article L. 142-1 () »

Aux termes de l’article L. 142-1 du code de la sécurité sociale :

« Le contentieux de la sécurité sociale comprend les litiges relatifs :
1° A l’application des législations et réglementations de sécurité sociale et de mutualité sociale agricole () « .

Et aux termes de l’article L. 511-1 d du code de la sécurité sociale:

« Les prestations familiales comprennent :

 1°) la prestation d’accueil du jeune enfant ;

2°) les allocations familiales ;

3°) le complément familial ;

4°) l’allocation de logement () ;

5°) l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé ;

6°) l’allocation de soutien familial ;

7°) l’allocation de rentrée scolaire ; ()

9°) l’allocation journalière de présence parentale. ».

Aux termes du I de l’article L. 241-6 du code de l’action sociale et des familles :

« I.-La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées est compétente pour :

1° Se prononcer sur l’orientation de la personne handicapée et les mesures propres à assurer son insertion scolaire ou professionnelle et sociale ;

2° Désigner les établissements, les services mentionnés à l’article L. 312-1 ou les dispositifs au sens de l’article L. 312-7-1 correspondant aux besoins de l’enfant ou de l’adolescent ou concourant à la rééducation, à l’éducation, au reclassement et à l’accueil de l’adulte handicapé et en mesure de l’accueillir ;

2° bis Lorsqu’elle a défini un plan d’accompagnement global, désigner nominativement les établissements, services de toute nature ou dispositifs qui se sont engagés à accompagner sans délai la personne ;

3° Apprécier :

a) Si l’état ou le taux d’incapacité de la personne handicapée justifie l’attribution, pour l’enfant ou l’adolescent, de l’allocation et, éventuellement, de son complément mentionnés à l’article  541-1 du code de la sécurité sociale, de la majoration mentionnée à l’article L. 541-4 du même code, ainsi que de la carte “ mobilité inclusion ” mentionnée à l’article L. 241-3 du présent code et, pour l’adulte, de l’allocation prévue aux articles L. 821-1 et L. 821-2 du code de la sécurité sociale ainsi que de la carte “ mobilité inclusion ” mentionnée à l’article L. 241-3 du présent code ;

b) Si les besoins de compensation de l’enfant ou de l’adulte handicapé justifient l’attribution de la prestation de compensation dans les conditions prévues à l’article  245-1 ;

c) Si la capacité de travail de la personne handicapée justifie l’attribution du complément de ressources mentionné à l’article  821-1-1 du code de la sécurité sociale ;

4° Reconnaître, s’il y a lieu, la qualité de travailleur handicapé aux personnes répondant aux conditions définies par l’article L. 323-10 du code du travail ;

5° Statuer sur l’accompagnement des personnes handicapées âgées de plus de soixante ans hébergées dans les structures pour personnes handicapées adultes.

II.-Les décisions de la commission sont, dans tous les cas, motivées et font l’objet d’une révision périodique. La périodicité de cette révision et ses modalités, notamment au regard du caractère réversible ou non du handicap, sont fixées par décret.

III.-Lorsqu’elle se prononce sur l’orientation de la personne handicapée et lorsqu’elle désigne les établissements ou services susceptibles de l’accueillir, la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées est tenue de proposer à la personne handicapée ou, le cas échéant, à ses parents, s’il s’agit d’un mineur ou, s’il s’agit d’un majeur faisant l’objet d’une mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne qui n’est pas apte à exprimer sa volonté, à la personne chargée de cette mesure, un choix entre plusieurs solutions adaptées.

La décision de la commission prise au titre du 2° du I s’impose à tout établissement ou service dans la limite de la spécialité au titre de laquelle il a été autorisé. Dans le cas des décisions mentionnées au 2° bis du I, l’autorité ayant délivré l’autorisation peut autoriser son titulaire à y déroger.
Toute décision de refus d’admission par l’autorité habilitée à la prononcer est adressée à la maison départementale des personnes handicapées, à la personne handicapée s’il s’agit d’un mineur, à la personne chargée de la mesure de protection juridique s’il s’agit d’un majeur faisant l’objet d’une mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne, ainsi qu’à l’autorité qui a délivré l’autorisation. Elle comporte les motifs de refus au regard du deuxième alinéa du présent III.

Lorsque les parents ou le représentant légal de l’enfant ou de l’adolescent handicapé ou l’adulte handicapé ou, s’il s’agit d’un majeur faisant l’objet d’une mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne qui n’est pas apte à exprimer sa volonté, la personne chargée de cette mesure, en tenant compte de l’avis de la personne protégée, font connaître leur préférence pour un établissement ou un service entrant dans la catégorie de ceux vers lesquels la commission a décidé de l’orienter et en mesure de l’accueillir, la commission est tenue de faire figurer cet établissement ou ce service au nombre de ceux qu’elle désigne, quelle que soit sa localisation.

A titre exceptionnel, la commission peut désigner un seul établissement ou service.

Lorsque l’évolution de son état ou de sa situation le justifie, l’adulte handicapé, ou, s’il n’est pas apte à exprimer sa volonté, la personne chargée à son égard d’une mesure de protection juridique avec représentation relative à la personne, en tenant compte de son avis, les parents ou le représentant légal de l’enfant ou de l’adolescent handicapé ou l’établissement ou le service peuvent demander la révision de la décision d’orientation prise par la commission. L’établissement ou le service ne peut mettre fin, de sa propre initiative, à l’accompagnement sans décision préalable de la commission.».

Aux termes de l’article L. 241-9 du code de l’action sociale et des familles :

« Les décisions relevant du 1° du I de l’article L. 241-6 prises à l’égard d’un enfant ou un adolescent handicapé, ainsi que celles relevant des 2°, 3° et 5° du I du même article peuvent faire l’objet de recours devant les tribunaux judiciaires spécialement désignés en application de l’article L. 211-16 du code de l’organisation judiciaire. Ce recours, ouvert à toute personne et à tout organisme intéressé, est dépourvu d’effet suspensif, sauf lorsqu’il est intenté par la personne handicapée ou son représentant légal à l’encontre des décisions relevant du 2° du I de l’article L. 241-6.

Les décisions relevant des 1° et 2 du I du même article, prises à l’égard d’un adulte handicapé dans le domaine de la rééducation professionnelle, du travail adapté ou protégé, et du 4° du I dudit article peuvent faire l’objet d’un recours devant la juridiction administrative.».

Il résulte de la combinaison des dispositions citées ci-dessus qu’il n’appartient qu’au tribunal judiciaire spécialement désigné de connaître des recours relatifs à l’attribution de la prestation de compensation du handicap et de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé qui relèvent, ainsi qu’il a été dit, du contentieux de la sécurité sociale[2].

Les conclusions dirigées contre la décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées statuant sur leur demande d’attribution de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé doit être transmises au tribunal judicaire, seul compétent pour en connaître[3].

Aux termes de l’article 32 du décret du 27 février 2015 relatif au Tribunal des conflits et aux questions préjudicielles : « Lorsqu’une juridiction de l’ordre judiciaire ou de l’ordre administratif décline la compétence de l’ordre de juridiction auquel elle appartient au motif que le litige ne ressortit pas à cet ordre, elle renvoie les parties à saisir la juridiction compétente de l’autre ordre de juridiction. Toutefois, lorsque la juridiction est saisie d’un contentieux relatif à l’admission à l’aide sociale tel que défini par le code de l’action sociale et des familles ou par le code de la sécurité sociale, elle transmet le dossier de la procédure, sans préjuger de la recevabilité de la demande, à la juridiction de l’autre ordre de juridiction qu’elle estime compétente par une ordonnance qui n’est susceptible d’aucun recours. () »[4].

Recours contre la décision du Président du Conseil Départemental (carte mobilité)

Recours administratif préalable obligatoire (RAPO)

Si vous n’êtes pas d’accord avec la décision du Président du Conseil Départemental et que vous souhaitez que votre demande soit réexaminée, vous devez former un Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO)

Depuis le 1er Janvier 2019, le Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO) remplace le recours gracieux.

Le Recours Administratif Préalable Obligatoire (RAPO) est un préalable obligatoire avant de pouvoir saisir le Tribunal administratif

Recours contentieux devant le Tribunal administratif  (pour la mention stationnement de la carte mobilité) ou judiciaire devant le Pôle Tribunal Judiciaire (pour la mention invalidité ou priorité de la carte mobilité)

En vertu du V bis de l’article L. 241-3 du code de l’action sociale et des familles :

« V bis.-Les décisions prises par le président du conseil départemental sur le fondement du présent article peuvent faire l’objet d’un recours devant le juge judiciaire lorsque la demande concerne la mention  » invalidité  » ou  » priorité  » de la carte.

Les décisions prises par le président du conseil départemental sur le fondement du présent article peuvent faire l’objet d’un recours devant le juge administratif lorsque la demande concerne la mention  » stationnement  » de la carte. »

Le recours doit être porté devant le Pôle social du Tribunal Judiciaire pour la mention « invalidité » ou « priorité » de la carte mobilité[5].

Le recours doit être porté devant le Tribunal administratif pour la  mention « stationnement » de la carte mobilité.

Comment déterminer le taux d’incapacité permanente de votre enfant et obtenir une allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH)

L’évaluation de l’handicap de votre enfant doit être faite à la date de votre demande de prestation, c’est-à-dire à la date de dépôt du dossier MDPH, et si une dégradation de sa situation le justifie, vous devez présenter une nouvelle demande auprès de la maison départementale des personnes en situation de handicap en l’étayant par des éléments médicaux actualisés[6].

L’article L. 541-1 du code de la sécurité sociale dispose :

« Toute personne qui assume la charge d’un enfant handicapé a droit à une allocation d’éducation de l’enfant handicapé, si l’incapacité permanente de l’enfant est au moins égale à un taux déterminé.

Un complément d’allocation est accordé pour l’enfant atteint d’un handicap dont la nature ou la gravité exige des dépenses particulièrement coûteuses ou nécessite le recours fréquent à l’aide d’une tierce personne. Son montant varie suivant l’importance des dépenses supplémentaires engagées ou la permanence de l’aide nécessaire.

La même allocation et, le cas échéant, son complément peuvent être alloués, si l’incapacité permanente de l’enfant, sans atteindre le pourcentage mentionné au premier alinéa, reste néanmoins égale ou supérieure à un minimum, dans le cas où l’enfant fréquente un établissement mentionné au 2° ou au 12° du I de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles ou dans le cas où l’état de l’enfant exige le recours à un dispositif adapté ou d’accompagnement au sens de l’article L. 351-1 du code de l’éducation ou à des soins dans le cadre des mesures préconisées par la commission mentionnée à l’article L. 146-9 du code de l’action sociale et des familles.

L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé n’est pas due lorsque l’enfant est placé en internat avec prise en charge intégrale des frais de séjour par l’assurance maladie, l’Etat ou l’aide sociale, sauf pour les périodes de congés ou de suspension de la prise en charge. »

L’article R 541-1 du même code dispose par ailleurs que :

« Pour l’application du premier alinéa de l’article L. 541-1, le pourcentage d’incapacité permanente que doit présenter l’enfant handicapé pour ouvrir droit à l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé doit être au moins égal à 80 %.

Le taux d’incapacité est apprécié suivant le guide-barème annexé au décret n° 93-1216 du 4 novembre 1993 relatif au guide-barème applicable pour l’attribution de diverses prestations aux personnes handicapées et modifiant le code de la famille et de l’aide sociale, le code de la sécurité sociale (deuxième partie : Décrets en Conseil d’Etat) et le décret n° 77-1549 du 31 décembre 1977 .

Pour l’application du troisième alinéa de l’article L. 541-1, le pourcentage d’incapacité permanente de l’enfant doit être au moins égal à 50 %.

La prise en charge de l’enfant par un service mentionné au 2° du I de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles ou de soins à domicile au sens de l’article L. 541-1 précité est celle qui est accordée soit au titre de l’assurance maladie, soit par l’Etat, soit par l’aide sociale sur décision de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées prévue à l’article 6 de la loi n° 75-534 du 30 juin 1975.

L’allocation d’éducation de l’enfant handicapé due au titre des périodes mentionnées au quatrième alinéa de l’article L. 541-1 et, le cas échéant, leur complément sont versés annuellement et en une seule fois.

En cas de décès de l’enfant, ce versement inclut une prolongation, jusqu’au dernier jour du troisième mois civil qui suit le décès, du montant dû au titre du mois de décès de l’enfant, ou, s’il est supérieur, le montant dû au titre du mois qui précède celui du décès. »

Aux termes de l’article L541-2 du code de la sécurité sociale,

« l’allocation et son complément éventuel sont attribués au vu de la décision de la commission mentionnée à l’article L. 146-9 du code de l’action sociale et des familles appréciant si l’état de l’enfant ou de l’adolescent justifie cette attribution.

Lorsque la personne ayant la charge de l’enfant handicapé ne donne pas suite aux mesures préconisées par la commission, l’allocation peut être suspendue ou supprimée dans les mêmes conditions et après audition de cette personne sur sa demande. »

Le taux d’incapacité permanente est apprécié en application du guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées figurant à l’annexe 2-4 du code de l’action sociale et des familles.

Le guide-barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées (annexe 2-4 du code de l’action sociale et des familles) ne fixe pas de taux d’incapacité précis.

En revanche, le guide-barème prévoit huit types de déficiences : déficiences intellectuelles et difficultés de comportement, déficiences du psychisme, déficiences de l’audition, déficiences du langage et de la parole, déficiences de la vision, déficiences viscérales et générales, déficiences de l’appareil locomoteur et déficiences esthétiques.

Le guide-barème propose des fourchettes de taux d’incapacité selon le degré de déficience:

– forme légère : taux de 1 à 15 % ;

– forme modérée : taux de 20 à 45 % ;

– forme importante : taux de 50 à 75 % ;

– forme sévère ou majeure : taux de 80 à 95 %.

Il convient de rappeler que les seuils de 50 % et de 80 %, s’ils sont atteints, peuvent ouvrir droit à divers avantages ou prestations.

Un taux de 50 % correspond à des troubles importants entraînant une gêne notable dans la vie sociale de la personne. L’entrave peut soit être concrètement repérée dans la vie de la personne, soit être compensée afin que cette vie sociale soit préservée, mais au prix d’efforts importants ou de la mobilisation d’une compensation spécifique. Toutefois, l’autonomie est conservée pour les actes élémentaires de la vie quotidienne.

Un taux d’au moins 80 % correspond à des troubles graves entraînant une entrave majeure dans la vie quotidienne de la personne avec une atteinte de son autonomie individuelle. Cette autonomie individuelle est définie comme l’ensemble des actions que doit mettre en oeuvre une personne, vis-à-vis d’elle-même, dans la vie quotidienne. Dès lors qu’elle doit être aidée totalement ou partiellement, ou surveillée dans leur accomplissement, ou ne les assure qu’avec les plus grandes difficultés, le taux de 80 % est atteint. C’est également le cas lorsqu’il y a déficience sévère avec abolition d’une fonction. »

Le guide-barème :

– définit les actes de la vie quotidienne, élémentaires ou essentiels, qui portent notamment sur les activités suivantes : se comporter de façon logique et sensée, se repérer dans le temps et les lieux, assurer son hygiène corporelle, s’habiller et se déshabiller de façon adaptée, manger des aliments préparés, assumer l’hygiène de l’élimination urinaire et fécale, effectuer les mouvements (se lever, s’asseoir, se coucher) et les déplacements (au moins à l’intérieur d’un logement).

– les frais liés au handicap sont ceux qui sont rendus nécessaires par le projet individuel et ne sont pas couverts par l’assurance maladie, l’Etat ou l’aide sociale.

Pour ce qui concerne les jeunes, l’analyse doit en outre prendre en compte les particularités liées au fait que l’enfance et l’adolescence sont des phases de développement.

C’est ainsi que, dans certains cas, même si les déficiences n’ont pas encore un impact direct sur les incapacités ou désavantages immédiats, elles peuvent entraver le développement à terme.

Les mesures alors mises en œuvre pour éviter une telle évolution ou permettre l’apprentissage précoce de compensations diverses peuvent avoir un impact très important sur la vie du jeune et de son entourage proche (en général familial) qui peut également supporter des contraintes de ce fait.

Il y aura donc lieu d’en tenir compte dans l’analyse et le taux d’incapacité doit être apprécié au jour de la demande[7].

Comment déterminer le montant du complément d’AEEH ? Dans quelle catégorie d’handicap, votre enfant doit-il être classé ?

Aux termes de l’article R 541-2 du code de la sécurité sociale,

« Pour la détermination du montant du complément d’allocation d’éducation de l’enfant handicapé, l’enfant handicapé est classé, par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, au moyen d’un guide d’évaluation défini par arrêté, dans une des six catégories prévues ci-dessous. L’importance du recours à une tierce personne prévu à l’article L. 541-1 est appréciée par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées au regard de la nature ou de la gravité du handicap de l’enfant en prenant en compte, sur justificatifs produits par les intéressés, la réduction d’activité professionnelle d’un ou des parents ou sa cessation ou la renonciation à exercer une telle activité et la durée du recours à une tierce personne rémunérée :

1° Est classé dans la 1re catégorie l’enfant dont le handicap entraîne, par sa nature ou sa gravité, des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

2° Est classé dans la 2e catégorie l’enfant dont le handicap contraint l’un des parents à exercer une activité professionnelle à temps partiel réduite d’au moins 20 % par rapport à une activité à temps plein ou exige le recours à une tierce personne rémunérée pendant une durée au moins équivalente à huit heures par semaine ou entraîne des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

3° Est classé dans la 3e catégorie l’enfant dont le handicap, soit :

a) Contraint l’un des parents à exercer une activité professionnelle à temps partiel réduite d’au moins 50 % par rapport à une activité à temps plein ou l’oblige à recourir à une tierce personne rémunérée pendant une durée au moins équivalente à vingt heures par semaine ;

b) Contraint l’un des parents à exercer une activité professionnelle à temps partiel réduite d’au moins 20 % par rapport à une activité à temps plein ou exige le recours à une tierce personne rémunérée pendant une durée au moins équivalente à huit heures par semaine et entraîne d’autres dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

c) Entraîne, par sa nature ou sa gravité, des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

4° Est classé dans la 4e catégorie l’enfant dont le handicap, soit :

a) Contraint l’un des parents à n’exercer aucune activité professionnelle ou exige le recours à une tierce personne rémunérée à temps plein ;

b) D’une part, contraint l’un des parents à exercer une activité professionnelle à temps partiel réduite d’au moins 50 % par rapport à une activité à temps plein ou exige le recours à une tierce personne rémunérée pendant une durée au moins équivalente à vingt heures par semaine et, d’autre part, entraîne des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

c) D’une part, contraint l’un des parents à exercer une activité professionnelle à temps partiel réduite d’au moins 20 % par rapport à une activité à temps plein ou exige le recours à une tierce personne rémunérée pendant une durée au moins équivalente à huit heures par semaine et, d’autre part, entraîne des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

d) Entraîne, par sa nature ou sa gravité, des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

5° Est classé dans la 5e catégorie l’enfant dont le handicap contraint l’un des parents à n’exercer aucune activité professionnelle ou à recourir à une tierce personne rémunérée à temps plein et entraîne des dépenses égales ou supérieures à un montant fixé par arrêté conjoint des ministres chargés de la sécurité sociale, du budget et de l’agriculture ;

6° Est classé en 6e catégorie l’enfant dont le handicap, d’une part, contraint l’un des parents à n’exercer aucune activité professionnelle ou exige le recours à une tierce personne rémunérée à temps plein et, d’autre part, dont l’état impose des contraintes permanentes de surveillance et de soins à la charge de la famille ; en cas notamment de prise en charge de l’enfant en externat ou en semi-internat par un établissement d’éducation spéciale, la permanence des contraintes de surveillance et de soins à la charge de la famille est définie par arrêté, en tenant compte des sujétions qui pèsent sur la famille en dehors des heures passées par l’enfant en établissement.

Pour l’application du présent article, l’activité à temps plein doit être entendue comme l’activité exercée conformément à la durée légale ou à la durée équivalente du travail. »

Le guide d’évaluation auquel renvoie l’article R 541-2 du code de la sécurité sociale figure à l’annexe de l’arrêté du 24 avril 2002 relatif aux conditions d’attribution des six catégories de complément d’allocation d’éducation spéciale (AES) et précise les conditions générales d’ouverture du droit aux dits compléments, applicables aux compléments de l’AEEH, à savoir notamment que :

– la nécessité de recours à une tierce personne y est analysée selon cinq axes visant à repérer les situations de handicap génératrices, pour le jeune ou sa famille, de contraintes éventuellement consommatrices de temps imposées directement par les déficiences ou incapacités, ou liées à l’éducation spéciale mise en œuvre, soit pour en réduire les conséquences futures, soit pour prévenir la survenue d’autres déficiences ou incapacités ;

– les frais liés au handicap sont ceux qui sont rendus nécessaires par le projet individuel et ne sont pas couverts par l’assurance maladie, l’Etat ou l’aide sociale.

Le guide d’évaluation pour l’attribution d’un complément à l’allocation d’éducation spéciale annexé à l’arrêté en application de l’article R. 541-2 du code de la sécurité sociale dispose notamment que la nature des différentes déficiences et incapacités peut entraîner par elle-même des sujétions particulières, au titre de l’éducation spéciale et des soins mis en œuvre dans l’objectif de réduire leurs conséquences pour une inclusion présente et future optimale de la personne.

Les contraintes mesurées pour l’attribution d’un complément sont pour certaines déjà effectives, la CDES se basera alors sur des éléments constatés.

Toutefois, pour les enfants très jeunes, ou au moment de la survenue ou de l’aggravation du handicap, ou encore au moment de l’engagement d’une dépense particulière, la CDES devra apprécier ces éléments de façon prospective.

Elle devra alors prendre sa décision pour une durée brève (un an), afin de réévaluer rapidement la situation, en s’assurant lors du renouvellement de l’attribution de l’AES de l’effectivité des charges qui lui avaient initialement été présentées, et de réajuster au besoin sa décision.

L’absence ou la réduction d’activité professionnelle doit être justifiée par la seule nécessité de l’aide apportée à l’enfant concerné par l’éventuel complément.

Comment obtenir une prestation de compensation du handicap (PCH) ?

L’article L 245-1 du code de l’action sociale et des familles détermine le champ d’application de la prestation de compensation, en définissant l’ensemble des critères qui en commandent le bénéfice, à savoir notamment un critère d’âge, un critère de résidence, ainsi qu’un critère relatif au handicap.

S’agissant du dernier critère, l’article D 245-4 du code de l’action sociale et des familles dispose :

« a le droit, ou ouvre le droit, à la prestation de compensation, dans les conditions prévues au présent chapitre pour chacun des éléments prévus à l’article L 245-3, la personne qui présente une difficulté absolue pour la réalisation d’une activité ou une difficulté grave pour la réalisation d’au moins deux activités telles que définies dans le référentiel figurant à l’annexe 2-5 et dans des conditions précisées dans ce référentiel. Les difficultés dans la réalisation de cette ou de ces activités doivent être définitives, ou d’une durée prévisible d’au moins un an ».

L’annexe 2-5 définit les activités visées par les précédentes dispositions, lesquelles relèvent de la mobilité, de l’entretien personnel, de la communication, ainsi que des tâches et exigences générales, et des relations avec autrui, étant précisé que la difficulté dans la réalisation de ces activités ainsi listées s’apprécie selon la capacité (fonctionnelle, physique et mentale, cognitive ou psychique) de la personne à effectuer l’activité concernée sans aucune aide de quelque nature que ce soit, dans un environnement standardisé, en référence à la réalisation de l’activité par une personne du même âge qui n’a pas de problème de santé.

La difficulté est qualifiée d’absolue lorsque la réalisation de l’activité est impossible sans aide, y compris la stimulation, chacune des composantes de l’activité ne pouvant ‘pas du tout’ être réalisée.

Elle est en revanche qualifiée de grave lorsque la réalisation est difficile et altérée, par rapport à l’activité habituellement réalisée.

Les éléments médicaux utiles et contemporains à la date du dépôt du dossier MDPH doivent faire état de difficultés absolues et totale, de difficultés graves du fait du handicap dans la réalisation des activités visées à l’annexe 2-5[8]

 

[1] Cour d’appel de Rouen – Chambre sociale 21 septembre 2022 / n° 21/00622

[2] Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne 29 septembre 2022 n° 2202187

Tribunal administratif d’Orléans 21 septembre 2022 / n° 2203038

[3] Tribunal administratif de Melun 27 septembre 2022 / n° 2208235

[4] Tribunal administratif de Châlons-en-Champagne 29 septembre 2022 n° 2202187

[5] Tribunal administratif de Melun 27 septembre 2022 / n° 2208235

[6] Cour d’appel d’Aix-en-Provence – Chambre 4-8 30 septembre 2022 n° 21/16070

[7] Cour d’appel de Rennes – 9ème Ch Sécurité Sociale 5 octobre 2022 n° 21/00341

[8] Cour d’appel de Montpellier – 3e chambre sociale 26 octobre 2022  n° 19/07158


Consultez Maître Eric ROCHEBLAVE par téléphone


Demandez à Maître Eric ROCHEBLAVE de vous défendre


mdph, dossier, dossier mdph, ou envoyer dossier mdph, comment remplir dossier mdph, comment télécharger dossier mdph, comment faire dossier mdph, quel document pour dossier mdph, quand faire un dossier mdph, ou retirer dossier mdph, ou trouver dossier mdph, que veut dire dossier mdph, qui peut faire un dossier mdph, comment renouveler dossier mdph, mdph mon compte, mdph dossier, mdph montpellier, formulaire mdph, aeeh, aeeh montant, complément aeeh, aeeh de base, aeeh complément, aeeh taux d’incapacité entre 50 et 79, aeeh caf, aeeh et complément, aeeh complément 2, versement aeeh caf rétroactif, aeeh et son complément, aeeh complément 4 montant, aeeh définition, recours administratif prélable obligatoire, rapo, recours gracieux, avocat, mdph, aeeh, pch, ajpp, cmi, pps, complément, cdaph, handicap, enfant, Mdph, mdph 31, mdph mon compte, mdph 59, mdph paris, mdph 77, mdph oise, mdph 93, mdph 95, mdph montpellier, mdph dossier, mdph 91, mdph rouen, mdph 94, mdph 92, mdph strasbourg, mdph 13, mdph 63, mdph nantes, mdph pau, mdph rennes, mdph toulouse, mdph bobigny, mdph 78, mdph quimper, mdph en ligne, mdph nimes, mdph perpignan, mdph 06, mdph beauvais, mdph valence, mdph lyon, mdph Grenoble, mdph 44, mdph lille, mdph orleans, mdph var, mdph formulaire, mdph def, mdph 76, mdph 34, mdph 83, mdph le mans, mdph val d’oise, mdph essonne, mdph 86, mdph bordeaux, mdph connexion, mdph bourges, mdph blois, mdph 22, mdph certificat médical, mdph carcassonne, mdph 29, mdph albi, mdph 75, mdph montauban, mdph c’est quoi, mdph aide financière, mdph 54, mdph gironde, mdph tarbes, mdph 64, mdph gard, mdph rodez, mdph renouvellement, mdph carte stationnement, mdph herault, mdph suivi dossier, mdph loiret, mdph invalidité 2ème catégorie, mdph 74, mdph 66, mdph 47, mdph signification, mdph 01, mdph yvelines, mdph 79, mdph auch, mdph 60, mdph 45, mdph telephone, mdph 27, mdph haute garonne, mdph 82, mdph 57, mdph aude, mdph isere, mdph vaucluse, mdph 85, mdph beziers, mdph 32, mdph vendée, oeth et rqth, mdph cahors, mdph 02, mdph 12, mdph tarn, mdph 65, mdph 41, mdph handicap, mdph 71, mdph 11, mdph 26, mdph espace personnel, mdph mon compte 31, mdph 30, mdph aveyron, mdph 31 mon compte, mdph 21, mdph du gard, mdph 72, mdph 84, mdph numéro de téléphone, mdph permis de conduire, mdph gers, mdph cerfa, mdph jura, mdph 81, mdph 51, mdph 25, mdph et retraite, mdph et maladie gougerot, ash x eiji, mdph 56, mdph renouvellement automatique, mdph numero, mdph recrutement, mdph 28, mdph 11 mon compte, mdph yonne, mdph 04, mdph 03, mdph guadeloupe, mdph 49, mdph rqth, mdph foix, mdph horaire, mdph 05, mdph se connecter, mdph 50, mdph reunion, mdph pch, mdph de l’hérault, mdph narbonne, mdph 58, mdph 46, mdph mende, mdph mon compte 11, mdph de l’aude, mdph lot, mdph 08, mdph 09, mdph 92 contact, mdph formation, mdph tarn et garonne, mdph emploi, avocat contre mdph, mdph du tarn, mdph du lot, mdph 91 mon compte, mdph yzeure, mdph salaire, mdph et cancer, mdph 31 téléphone, mdph invalidité, mdph montpellier contact, ash x serena, mdph indre, mdph 974, mdph offre emploi, mdph ou en est mon dossier, mdph saint gaudens, mdph wikipedia, quelle différence entre mdph et cdaph, mdph pour qui, mdph 66 mon compte, mdph formulaire médical, mdph insuffisance rénale, mdph en ligne 31, mdph montpellier en ligne, mdph carcassonne mon compte, mdph fibromyalgie, mdph toulouse mon compte, mdph aude mon compte, mdph ales, mdph 48, ash vs evil dead game, mdph ou mda, mdph et travail, mdph jusqu’à quel âge, mdph pour les étrangers, mdph et sécurité sociale, mdph et impôt sur le revenu, mdph sans papiers, mdph portail 11, mdph usager oise, mdph toulouse adresse, commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, CDAPH, mdph, dossier, dossier mdph, ou envoyer dossier mdph, comment remplir dossier mdph, comment télécharger dossier mdph, comment faire dossier mdph, quel document pour dossier mdph, quand faire un dossier mdph, ou retirer dossier mdph, ou trouver dossier mdph, que veut dire dossier mdph, qui peut faire un dossier mdph, comment renouveler dossier mdph, mdph mon compte, mdph dossier, mdph montpellier, formulaire mdph, aeeh, aeeh montant, complément aeeh, aeeh de base, aeeh complément, aeeh taux d’incapacité entre 50 et 79, aeeh caf, aeeh et complément, aeeh complément 2, versement aeeh caf rétroactif, aeeh et son complément, aeeh complément 4 montant, aeeh définition, recours administratif prélable obligatoire, rapo, recours gracieux, avocat, mdph, aeeh, pch, ajpp, cmi, pps, complément, cdaph, handicap, enfant, Mdph, mdph 31, mdph mon compte, mdph 59, mdph paris, mdph 77, mdph oise, mdph 93, mdph 95, mdph montpellier, mdph dossier, mdph 91, mdph rouen, mdph 94, mdph 92, mdph strasbourg, mdph 13, mdph 63, mdph nantes, mdph pau, mdph rennes, mdph toulouse, mdph bobigny, mdph 78, mdph quimper, mdph en ligne, mdph nimes, mdph perpignan, mdph 06, mdph beauvais, mdph valence, mdph lyon, mdph Grenoble, mdph 44, mdph lille, mdph orleans, mdph var, mdph formulaire, mdph def, mdph 76, mdph 34, mdph 83, mdph le mans, mdph val d’oise, mdph essonne, mdph 86, mdph bordeaux, mdph connexion, mdph bourges, mdph blois, mdph 22, mdph certificat médical, mdph carcassonne, mdph 29, mdph albi, mdph 75, mdph montauban, mdph c’est quoi, mdph aide financière, mdph 54, mdph gironde, mdph tarbes, mdph 64, mdph gard, mdph rodez, mdph renouvellement, mdph carte stationnement, mdph herault, mdph suivi dossier, mdph loiret, mdph invalidité 2ème catégorie, mdph 74, mdph 66, mdph 47, mdph signification, mdph 01, mdph yvelines, mdph 79, mdph auch, mdph 60, mdph 45, mdph telephone, mdph 27, mdph haute garonne, mdph 82, mdph 57, mdph aude, mdph isere, mdph vaucluse, mdph 85, mdph beziers, mdph 32, mdph vendée, oeth et rqth, mdph cahors, mdph 02, mdph 12, mdph tarn, mdph 65, mdph 41, mdph handicap, mdph 71, mdph 11, mdph 26, mdph espace personnel, mdph mon compte 31, mdph 30, mdph aveyron, mdph 31 mon compte, mdph 21, mdph du gard, mdph 72, mdph 84, mdph numéro de téléphone, mdph permis de conduire, mdph gers, mdph cerfa, mdph jura, mdph 81, mdph 51, mdph 25, mdph et retraite, mdph et maladie gougerot, ash x eiji, mdph 56, mdph renouvellement automatique, mdph numero, mdph recrutement, mdph 28, mdph 11 mon compte, mdph yonne, mdph 04, mdph 03, mdph guadeloupe, mdph 49, mdph rqth, mdph foix, mdph horaire, mdph 05, mdph se connecter, mdph 50, mdph reunion, mdph pch, mdph de l’hérault, mdph narbonne, mdph 58, mdph 46, mdph mende, mdph mon compte 11, mdph de l’aude, mdph lot, mdph 08, mdph 09, mdph 92 contact, mdph formation, mdph tarn et garonne, mdph emploi, avocat contre mdph, mdph du tarn, mdph du lot, mdph 91 mon compte, mdph yzeure, mdph salaire, mdph et cancer, mdph 31 téléphone, mdph invalidité, mdph montpellier contact, ash x serena, mdph indre, mdph 974, mdph offre emploi, mdph ou en est mon dossier, mdph saint gaudens, mdph wikipedia, quelle différence entre mdph et cdaph, mdph pour qui, mdph 66 mon compte, mdph formulaire médical, mdph insuffisance rénale, mdph en ligne 31, mdph montpellier en ligne, mdph carcassonne mon compte, mdph fibromyalgie, mdph toulouse mon compte, mdph aude mon compte, mdph ales, mdph 48, ash vs evil dead game, mdph ou mda, mdph et travail, mdph jusqu’à quel âge, mdph pour les étrangers, mdph et sécurité sociale, mdph et impôt sur le revenu, mdph sans papiers, mdph portail 11, mdph usager oise, mdph toulouse adresse, commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, CDAPH


Consultez Maître Eric ROCHEBLAVE par téléphone


Demandez à Maître Eric ROCHEBLAVE de vous défendre


Eric ROCHEBLAVE – Avocat Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale

 Eric ROCHEBLAVE
PORTRAIT D’UN SPECIALISTE
Parcours, succès judiciaires, avis clients, revue de presse…

Avocat Montpellier Eric ROCHEBLAVE

Avocat Spécialiste en Droit du Travail
et Droit de la Sécurité Sociale
Barreau de Montpellier
https://www.rocheblave.com/

Lauréat de l’Ordre des Avocats
du Barreau de Montpellier

Lauréat de la Faculté
de Droit de Montpellier

DESS Droit et Pratiques des Relations de Travail
DEA Droit Privé Fondamental
DU d’Études Judiciaires
DU de Sciences Criminelles
DU d’Informatique Juridique

Vos avis sur Maître Eric ROCHEBLAVE