Le « flicage » des salariés laisse présumer un harcèlement moral

Image par Clker-Free-Vector-Images de Pixabay

 

A lire également :

Un employeur condamné pour avoir fait suivre un salarié par un détective privé et un huissier de justice

 

Le contrôle, la surveillance du travail des salariés sont des prérogatives des employeurs inhérentes à leur pouvoir de direction.

Toutefois, pour la cour de cassation, le témoignage de plusieurs salariés d’une surveillance et analyse de leur travail décrite comme du « flicage » qu’ils ressentaient comme une souffrance au travail laisse présumer un harcèlement moral.[1]

Un contrôle abusif du travail des salariés peut permettre de présumer l’existence d’un harcèlement moral.[2]

Un contrôle fréquent ne peut être expliqué uniquement par le souci légitime de l’employeur de s’informer de la situation du salon mais révèle aussi un contrôle excessif du travail.[3]

Les employeurs doivent apporter la démonstration selon laquelle le contrôle étroit qu’ils exercent sur leurs salariés s’expliquent par des considérations objectives liées au poste qu’ils occupent et étrangères à tout harcèlement moral.[4]

Un contrôle excessif du travail constitue des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits et à la dignité de la salariée et d’altérer sa santé physique ou mentale.[5]

[1] Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 3 mars 2021, 19-24.232

[2] Cour d’appel d’Orléans – ch. sociale ch. des Prud’Hommes 5 mars 2020 / n° 17/01175

[3] Cour d’appel d’Angers – ch. Sociale 25 mars 2021 / n° 18/00588

[4] Cour d’appel d’Angers – ch. Sociale 25 mars 2021 / n° 18/00588

[5] Cour d’appel de de Riom – ch. civile 04 SOCIALE 25 février 2014 / n° 12/00229

Vos avis sur Maître Eric ROCHEBLAVE

Eric ROCHEBLAVE
Avocat Spécialiste en Droit du Travail
et Droit de la Sécurité Sociale
Barreau de Montpellier
https://www.rocheblave.com/